Epuisement des métaux et minéraux : faut-il s'inquiéter ?

L'Ademe publie une note pédagogique sur la question régulièrement abordée de l'épuisement des métaux et minéraux. La réponse à cette question n'est pas simple et dépend de plusieurs facteurs analysés dans le document.
20 juin 2017

Au rythme de croissance actuelle de la demande, avant un éventuel épuisement plus ou moins lointain, nous sommes susceptible d'avoir des pénuries à court/moyen terme, l'offre n'arrivant pas à suivre la demande dans un contexte de hausse de la consommation énergétique par tonne extraite et de coût de production.

Ce qu’il faut retenir

Face aux impacts de la consommation croissante, le possible épuisement des minéraux et métaux constitue un élément fréquent, parmi d’autres, pour insister sur la nécessité de produire plus avec moins. La réponse à cette question de disponibilité est moins évidente qu’il n’y paraît. Notre connaissance des gisements minéraux reste limitée à une partie superficielle de la croûte terrestre. La notion de réserves ne correspond qu’à un horizon technico-économique et temporel des acteurs miniers. Nul ne sait dire avec une certaine fiabilité quels sont les ressources ultimes dans la partie supérieure de la croûte terrestre. Cependant les nouveaux gisements seront plus difficiles à trouver, nécessiteront plus d’investissement, leur exploitation nécessitera plus d’énergie et ils laisseront plus de résidus pour une même tonne de métal produite. La croissance exponentielle de la demande risque d’être supérieure au rythme de la croissance des capacités d’exploitation. En conséquence des pénuries sur certaines matières minérales pourraient survenir dans un avenir proche (10 ans). Dans une croissance continue de la demande à 2 ou 3% le recyclage ne pourra pas répondre à cet accroissement et restera à moins de 20% des approvisionnements nécessaires. Par ailleurs les conséquences environnementales locales de l’exploitation de ces gisements en limiteront l’acceptabilité sociale si elles ne sont pas totalement maîtrisées. En outre l’augmentation des consommations énergétiques de ce secteur risque de rentrer en confrontation avec la lutte contre le changement climatique. Ce n’est probablement pas l’épuisement des métaux et minéraux qui est à craindre mais très certainement la fin de l’extraction et de la disponibilité faciles.