Les agences publiques

Les opérateurs institutionnels engagés dans les politiques des matières premières minérales sont des établissements publics chargés de missions de services publics : BRGM, ADEME, Ifremer et CEA. Ces quatre organismes contribuent de manière complémentaires aux politiques publiques des ressources minérales.
BRGM

Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM)

© BRGM

Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM)

Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) est le Service géologique national français, créé en 1959. C’est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC). Il est placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, du ministère de la Transition écologique et du ministère de l'Économie et des finances.

Le BRGM est l’établissement public de référence dans les applications des sciences de la terre pour gérer les ressources et les risques du sol et du sous-sol. Son action est orientée vers la recherche scientifique, l’appui aux politiques publiques et la coopération internationale. Ses objectifs majeurs sont :

  • Comprendre les phénomènes géologiques et les risques associés ;
  • Développer des méthodologies et des techniques nouvelles ;
  • Produire et diffuser des données pour la gestion du sol, du sous-sol et des ressources ;
  • Mettre à disposition les outils nécessaires à la gestion du sol, du sous-sol et des ressources, à la prévention des risques et des pollutions, aux politiques de réponse au changement climatique.
IFREMER

Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer)

© IFREMER

L'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (Ifremer)

Créé en 1984, l'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (Ifremer) est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), placé sous la tutelle conjointe des ministères de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation et du ministère de la Transition écologique.

L'Ifremer contribue, par ses travaux et ses expertises, à la connaissance des océans et de leurs ressources, à la surveillance du milieu marin et du littoral et au développement durable des activités maritimes. Il conçoit et met en œuvre des outils d'observation, d'expérimentation et de surveillance, et gère des bases de données océanographiques.

Il opère également une part très significative de la flotte océanographique, dont l’ensemble des systèmes sous-marins et équipements lourds mobiles (sismiques, pénétromètres, etc.).

À partir d'avis ou de rapports d’études, de campagnes d'évaluation, de réseaux de surveillance ou de suivi du milieu marin, l'Ifremer apporte son expertise sur des grandes questions scientifiques dans les domaines de compétences de l'Institut et en lien avec les professionnels.

ADEME

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME)

© ADEME

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME)

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement durable. Afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale, l’Agence met à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public, ses capacités d’expertise et de conseil. Elle aide en outre au financement de projets, de la recherche à la mise en œuvre et ce, dans les domaines suivants : l’économie des matières premières et la gestion des déchets, la préservation des sols, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, la qualité de l’air et la lutte contre le bruit. L’ADEME est un établissement public sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

Logo CEA

Logo CEA

© CEA

Le Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies alternatives (CEA)

Organisme public de recherche, le CEA intervient dans quatre domaines : la défense et la sécurité, les énergies bas carbone (nucléaire et renouvelables), la recherche technologique pour l'industrie et la recherche fondamentale (sciences de la matière et sciences de la vie).