Energie et ressources minérales : l’interdépendance analysée par ANCRE

L'Agence Nationale pour la coordination de la recherche en Energie (ANCRE) a pour mission de mieux coordonner et renforcer l’efficacité des recherches sur l’énergie menée par les organismes publics nationaux.
2 novembre 2015

Elle participe à la mise en œuvre de la stratégie française de R&D dans ce secteur.

Dans son rapport sur les ressources minérales et énergie, ANCRE souligne que les métaux sont nécessaires pour construire les infrastructures de production d’énergie, de son stockage et de sa distribution, pour développer des technologies permettant d’économiser de l’énergie (e. g. en produisant des alliages plus légers et plus résistants dans les transports, des lampes de basse consommation), ou des technologies nécessitant des alliages spéciaux pour opérer dans des conditions extrêmes, comme dans le cas des réacteurs nucléaires ou des turbines, pour répondre aux demandes de la catalyse automobile ou du raffinage du pétrole.

Par ailleurs l’énergie est nécessaire pour produire les matières premières : A l’heure actuelle, environ 10% de l’énergie mondiale est utilisée pour l’extraction et le raffinage des ressources minérales et 22% de l’énergie consommée mondialement par l’industrie est utilisée pour la seule production d’acier et de ciment. Les gisements de minerais très concentrés et facilement accessibles ne sont plus découverts, et certains déchets de mines abandonnées deviennent économiquement exploitables. Avec la baisse des concentrations de gisements exploités, l’énergie nécessaire à l’extraction, au broyage et aux processus de séparation et de raffinage des métaux est de plus en plus élevée.

Après avoir présenté des éléments chiffrés sur les besoins en énergie des matières premières et les besoins de l’énergie en matières premières, le rapport analyse la chaîne de valeur des matières premières, se penche sur les capacités de recyclage et les potentiels de recyclage et énonce les pistes de recherches prioritaires.

Le rapport conclut notamment par  le fait :

. qu’une partie  de la solution réside dans le recyclage de nos produits en fin de vie, à condition que les pays développés évitent d’exporter leurs déchets valorisables vers des destinations où les procédures de recyclage sont moins réglementées. L’augmentation de la part du recyclage et d’une manière générale de l’économie circulaire est impérative, mais même un recyclage hypothétique (et impossible) à 100% n’est pas suffisant pour alimenter les besoins dans un contexte de forte croissance. La recherche de ressources primaires restera donc nécessaire.

. qu’en matière d’innovation technologique, les efforts de recherche doivent porter 

sur les grands thèmes, parmi lesquels : 

-  L’estimation à 30 ans des besoins en ressources minérales pour les différents secteurs de l’énergie en fonction des scénarios énergétiques disponibles pour différentes zones géographiques.

-  L’estimation à 30 ans des besoins en énergie pour la production de ces ressources en tenant compte des améliorations d’efficacité énergétique et du lieu de production.

-  Les potentiels d’approvisionnement primaire et secondaire au niveau mondial, des potentiels de substitution, et la définition des conditions optimales de l’utilisation des ressources en fonction des contraintes énergétiques, environnementales, économiques et sociétales.