Crise ukrainienne - Les analyses de la Commission européenne sur le titane, la potasse, les gaz rares et le coke

La Commission Européenne vient de publier une série d'analyses "matière" sur son portail "Système d'information sur les matières premières" destinées à apporter des éclairages sur les impacts de la crise ukrainienne. Les premières fiches portent sur le titane, la potasse, les gaz rares, et le coke.
24 août 2022

Titane

Selon la Commission :

  • L'UE ne produit pas d'éponge de titane (matière première pour les pièces forgées) et dépend entièrement des importations. La dépendance à l'égard des importations de titane forgé est importante. Les importations couvrent au moins 60 % de la consommation titane forgé de l'UE.
  •  Les importations de titane métallique dans l'UE se présentent principalement sous la forme de produits forgés (85 % en valeur en 2020). L'UE est le premier importateur mondial de titane forgé (produits usinés et articles).
  • L'UE est particulièrement exposée aux importations de titane forgé en provenance de Russie (16 % de la valeur des importations en 2020). L'UE importe du titane brut et des poudres de Russie (9 % de la valeur des importations en 2020) et d'Ukraine (8 % de la valeur des importations en 2020).
  • La Russie est un important pays source de titane pour l'industrie aérospatiale à l'échelle mondiale, ce qui rend les chaînes d'approvisionnement vulnérables aux perturbations. Les deux tiers du titane métal en Europe sont consommés par le secteur aérospatial. Des niveaux de stocks élevés et une demande de titane plus faible dans la période post-pandémique peuvent atténuer les impacts à court terme. La capacité métallurgique inutilisée au Japon et au Kazakhstan, et la capacité émergente en Arabie saoudite, sont en mesure de combler les lacunes d'approvisionnement en titane brut.
  • Les sources d'approvisionnement alternatives les plus plausibles pour l'UE afin de déplacer l'approvisionnement de la Russie à moyen terme sont ses partenaires commerciaux existants ; le Kazakhstan et le Japon pour le titane brut, et les États-Unis et le Royaume-Uni pour les produits forgés.

Potasse

  • La dépendance de l'UE vis-à-vis des importations de potasse augmente depuis 2018. Les importations totales de l'UE de toutes les formes de potasse ont culminé en 2020, dont plus de la moitié provenaient de Russie et de Biélorussie.
  • La Russie et le Bélarus sont des fournisseurs cruciaux pour l'approvisionnement mondial en potasse. Ensemble, ils représentaient environ 35 % de la production mondiale de potasse en 2020. La Russie et le Bélarus sont les deuxième et troisième plus grands exportateurs de potasse au monde après le Canada. L'Ukraine ne produit pas de potasse.
  • Les sanctions imposées à le Bélarus et à la Russie auront un impact à court terme sur les flux de potasse vers les marchés internationaux. L'ampleur de la perturbation de l'approvisionnement en potasse dans le monde est très incertaine.
    Une part importante des exportations de potasse en provenance de Biélorussie et de Russie est destinée au Brésil, à la Chine, à l'Inde, à l'Indonésie et à l'UE.
  • Le marché mondial de la potasse pourrait être soumis à une volatilité accrue des prix, ce qui aggraverait la flambée des prix des engrais et les problèmes de sécurité alimentaire.
  • Le Canada pourrait compenser la perturbation de l'approvisionnement en potasse en cas de graves déficits d'approvisionnement en 2022. L'UE pourrait orienter ses importations vers le Canada à court terme.
  • À moyen terme, l'approvisionnement intérieur de l'UE provenant des projets miniers en cours devrait réduire la dépendance vis-à-vis des importations biélorusses et russes à partir de 2025.
Déchets électroniques

Gaz rares (krypton, néon, xénon)

  • La Russie et l'Ukraine sont des sources importantes de gaz rares (krypton, néon, xénon). L'invasion de l'Ukraine par la Russie affecte actuellement l'approvisionnement en gaz rares.

  • Les stocks de l'industrie pourraient atténuer les impacts à court terme. L'interruption de l'approvisionnement pourrait être grave, avec une inflation des prix jusqu'à ce qu’une nouvelle capacité de production soit développée ailleurs, combinée à des stratégies de conservation/recyclage/substitution pour gérer les pénuries.

  • L'Ukraine étant l'un des principaux producteurs de gaz néon purifié, un intrant essentiel pour la fabrication de semi-conducteurs, la rupture de l'approvisionnement en néon constitue un grand défi.

  • En 2021, la moitié des importations de gaz rares de l’UE étaient des approvisionnements de Russie et à d'Ukraine. La Chine et les États-Unis sont les sources potentielles de diversification des importations de l'Union.

  • La résilience de l'UE aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement à court terme pourrait être renforcée par son importante capacité de production de gaz rares. En outre, la capacité nationale pourrait théoriquement être étendue et les entreprises localisées dans l'UE sont les leaders mondiaux de la séparation de l'air. L'ambition de l'UE de renforcer son industrie des semi-conducteurs d'ici 2030 nécessite l'expansion de la capacité de production de gaz rares pour éviter des pénuries à moyen terme.

  • Les impacts sont probables dans les secteurs manufacturiers de l'UE au sens large, en aggravant la pénurie de semi-conducteurs importés pour les industries clefs de l’Union.

Coke (charbon)

  • Le charbon à coke est l'une des matières premières essentielles pour la production d'acier primaire.
  • Le commerce du charbon à coke est fortement concentré du côté des pays sources, l'Australie étant le principal fournisseur mondial et la Russie le troisième producteur et exportateur mondial.
  • La dépendance de l'UE vis-à-vis des importations de charbon à coke a augmenté de 2015 à 2019 en raison de la baisse de la production domestique. La dépendance à l'égard des importations russes a cependant également diminué depuis 2018. La Russie représentait 11 % des importations de charbon à coke de l'UE en 2021.
  • Remplacer l'approvisionnement russe dans l'UE est faisable. Les alternatives aux importations russes se limitent aux sources géographiquement éloignées, à savoir l'Australie, les États-Unis d'Amérique, le Canada et le Mozambique, qui sont actuellement des partenaires commerciaux de l'UE.
  • Les options commerciales qui pourraient assurer la substitution des importations russes dans l'UE sont les suivantes : a) des exportations supplémentaires de l'Australie, des États-Unis, du Canada et du Mozambique en 2022-2024 , uniquement destinées à l'UE et aux autres pays qui éliminent progressivement les importations russes ; b) l’offre non russe dans le reste du monde est réorientée vers l'UE et d'autres pays qui éliminent progressivement les importations russes et sont remplacées ailleurs par des flux commerciaux russes déviés.
  • Le risque de rupture d'approvisionnement en raison de la guerre russo-ukrainienne augmente en raison de l'équilibre actuel du marché mondial, qui devrait durer au moins jusqu'en 2024. La concurrence pour l'approvisionnement non russe devrait s'intensifier.