Conclusion des réunions d'automne des groupes d'étude internationaux de Lisbonne, dédiés au cuivre, nickel, plomb et zinc

Les groupes internationaux dédiés respectivement à l'étude du nickel (INSG), du cuivre (ICSG), du plomb et du zinc (IZLSG) ont tenu leur réunion biannuelle mi-octobre. Une consommation et une production croissante de nickel est attendue en 2021 et 2022, malgré le ralentissement de la production chinoise d'acier inoxydable en cette fin d'année.
8 octobre 2021

Communiqué du groupe international d'étude sur le nickel

« Le Groupe international d’étude sur le nickel (INSG) a organisé des réunions en ligne les 1er et 4 octobre 2021. Plus de 60 représentants de gouvernements et de l'industrie des pays membres, des observateurs et plusieurs organisations internationales ont participé aux réunions.

« Observations relatives au marché du nickel pour 2021 et 2022

« L'année 2021 a été marquée par une accélération du déploiement de la vaccination COVID-19 et une reprise progressive des principaux indicateurs économiques dans le monde, mais avec des différences selon les régions. La croissance positive devrait se poursuivre en 2022. Le gouvernement et les représentants de de l'industrie ont longuement discuté des tendances actuelles du marché du nickel au cours des réunions.

« Le Forum international de l'acier inoxydable (ISSF) a publié des chiffres pour les trois premiers mois de 2021 montrant que la production d'acier inoxydable a augmenté de 24,7% en croissance annuelle pour atteindre 14,5 millions de tonnes. Une forte croissance est attendue pour l'ensemble de l'année 2021, malgré d'éventuelles baisses de production annoncées en Chine. Pour 2022, une nouvelle augmentation est attendue. L'électrification des véhicules continuera d'avoir un impact positif sur l'utilisation du nickel grâce à l'utilisation du sulfate de nickel dans les batteries.

« Les exportations indonésiennes de minerai de nickel non transformé ont cessé en janvier 2020, en raison d'une interdiction imposée par le gouvernement. En conséquence, la Chine disposait de moins de matière pour alimenter son industrie de fonte brute de nickel (NPI), ce qui a entraîné une baisse de la production chinoise de NPI. Les nouveaux projets NPI en Indonésie ont fortement augmenté en 2020, et il est prévu que cette tendance se poursuive en 2021 et 2022.

« La production minière mondiale de nickel a diminué en 2020, principalement en raison de l'interdiction indonésienne d’exportation du minerai, mais s'est redressée en 2021 et devrait continuer à augmenter en 2022. L'Indonésie est le premier producteur de nickel au monde en raison du développement de son industrie nationale dédiée nickel. 

« Des projets de lixiviation acide à haute pression (HPAL) en cours de développement en Indonésie et dans d'autres parties du monde, ce qui augmentera encore la production minière mondiale.

« La production mondiale de nickel primaire était de 2,491Mt en 2020 et devrait atteindre 2,639Mt en 2021 et 3,120Mt en 2022. Cependant, il existe une certaine incertitude sur ces chiffres, notamment en ce qui concerne la production chinoise et indonésienne. Les estimations n'incluent aucun facteur d'ajustement pour d'éventuelles perturbations de la production.

« L'utilisation mondiale de nickel primaire était de 2,384Mt en 2020. L'INSG prévoit une augmentation à 2,773Mt en 2021 et à 3,044Mt en 2022. L’équilibre de marché implicite sera donc un excédent de 107kt en 2020, un déficit de 134kt en 2021, et un excédent de 76kt en 2022. »

Communiqué du groupe international d'étude sur le cuivre

« Le Groupe d'étude international sur le cuivre (ICSG) s'est réuni via une réunion en ligne, les 5 et 6 octobre 2021. Des délégués gouvernementaux et des experts de l'industrie de la plupart des principaux pays producteurs et utilisateurs de cuivre au monde ont participé pour échanger sur les problèmes clefs affectant le marché mondial du cuivre. Lors de la réunion du Comité statistique, le point de vue de l'ICSG sur l'équilibre mondial des produits raffinés, la production et l'utilisation du cuivre a été détaillé.

« Après trois années de quasi stabilité, la production minière mondiale de cuivre, ajustée des facteurs de perturbation historiques, devrait augmenter d'environ 2,1 % en 2021 et de 3,9 % en 2022 :

  • La croissance pour 2021 a été revue à la baisse à 2,1%, contre 3,5% prévu dans les prévisions du groupe d'avril 2021.
  • Malgré la montée en puissance des nouvelles capacités, la production minière mondiale en 2021 est limitée par une reprise plus lente que prévu de la production péruvienne, une baisse de l’activité d’extraction par solvant et electrolyse (« SX-EW ») au Chili, la fermeture temporaire des mines SX-EW au Myanmar ainsi qu'une baisse teneurs des minerais bruts et des problèmes d'exploitation dans certaines mines.
  • La production en 2022 devrait augmenter de 3,9% alors qu'elle continue de retrouver les niveaux d'avant la pandémie dans un certain nombre de pays, notamment le Pérou. Il sera également soutenu par la montée en puissance des mines et des extensions récemment mises en service, ainsi que par le démarrage prévu de certains grands projets.
  • Après une période de quatre ans au cours de laquelle seules deux grandes mines de cuivre ont été mises en service, le portefeuille de projets de mines de cuivre s'améliore. Les projets majeurs débutant en 2021/2022 incluent Kamoa Kakula en République démocratique du Congo, Quellaveco au Pérou, Spence-SGO et Quebrada Blanca QB2 au Chili et Udokan en Russie. Un certain nombre de projets de petite et moyenne dimension devraient également voir le jour.
  • La plupart des projets produisent du concentré, ce qui devrait entraîner une croissance soutenue de la production mondiale de concentré. La production de SX-EW devrait se remettre en 2022 des difficultés de cette année, et la croissance devrait être soutenue par des expansions et de nouveaux projets en RDC.

« Après avoir augmenté de 2 % en 2020, la production mondiale de cuivre affiné devrait augmenter d'environ 1,7 % en 2021 et de 3,9 % en 2022 :

  • La croissance de 2021 a été révisée à la baisse de 3% à 2% principalement en raison de la réduction de la production SX-EW au Chili et au Myanmar, des problèmes opérationnels au Japon, en Australie et en Russie, du rationnement de l'électricité en Chine et de certaines activités de maintenance imprévues.
  • Néanmoins, une baisse d'environ 0,5 % de la production raffinée mondiale hors Chine devrait être plus que compensée par une croissance d'environ 5 % en Chine.
  • Après deux années consécutives de baisse, l’activité mondiale de raffinage secondaire (à partir de ferraille) devrait augmenter de 6,5%, soutenue par la fin des quotas chinois d'importation de ferraille et l'amélioration continue de la disponibilité de ferraille dans le monde.
  • L’activité mondiale de raffinage primaire (à partir de concentrés et de SX-EW) devrait augmenter modérément de 0,8 % en 2021, car une baisse de 5 % de la production de SX-EW compensera en partie la croissance de 2 % de la production de raffinage électrolytique primaire (à partir de concentrés).
  • En 2022, la disponibilité accrue de concentrés, une reprise de la production de SX-EW et une nouvelle augmentation de la production raffinée secondaire devraient entraîner une augmentation globale de la production raffinée mondiale de 4 %.