Clefs d'analyse des marchés des métaux

Afin de répondre aux questionnements des organismes publics  et des industriels français sur les marchés régissant l'approvisionnement global en substances minérales, le suivi de l'actualité de l'industrie minérale mondiale est primordial. Dans ce but, le BRGM édite les articles Ecomine, les pouvoirs publiques financent les groupes de Lisbonne, et des outils permettent le suivi des cours des métaux.
La mine de Las Cruces en Espagne

Ecomine

Ecomine présente des analyses et des revues des marchés de métaux essentiels pour de nombreux secteurs de l'économie mondiale.

Les thématiques abordées sont au centre des préoccupations actuelles en matière d’approvisionnement, en particulier en métaux indispensables à la transition énergétique et à l’élaboration de matériaux de haute performance. Ecomine s’intéresse à l'ensemble des filières, de la connaissance de la ressource géologique à celle des utilisateurs et des principaux acteurs de l’industrie.

Basées sur une veille sectorielle approfondie, les études fournissent des données détaillées et récentes sur l’offre minière et métallurgique, la demande, les prix et identifient les spécificités, les enjeux et les tendances des marchés.

Ecomine est réalisé par le BRGM pour le compte du Ministère de la Transition écologique.

Coulée de fonderie

Les Groupes de Lisbonne

Les groupes d’étude internationaux sur le nickel (INSG), le cuivre (ICSG), le plomb et le zinc (ILZSG), communément dénommés ʺ Groupes de Lisbonneʺ sont des organisations intergouvernementales, établies à Lisbonne dont le rôle principal est d’assurer la transparence des marchés internationaux de nickel, cuivre, plomb et zinc.
Logos des Groupes de Lisbonne

Logos des Groupes de Lisbonne

INSG, ICSG, ILZSG

Une bonne connaissance des sources des matières premières minérales et des volumes en jeu est indispensable à une juste compréhension de leurs marchés. Dans ce cadre, le BRGM assure le suivi statistique du marché mondial des métaux (métaux de base, métaux précieux et cobalt), en partenariat avec la Direction Générale de l'Aménagement, du Logement et de la Nature (DGALN).

Les groupes d’étude internationaux sur le nickel (INSG1), le cuivre (ICSG2), le plomb et le zinc (ILZSG3), communément dénommés ʺ Groupes de Lisonne" ou Study Groups of Lisbon ʺ sont des organisations intergouvernementales, établies à Lisbonne dont le rôle principal est d’assurer la transparence des marchés internationaux de nickel, cuivre, plomb et zinc. Ils se réunissent tous les semestres et procèdent à un état des productions et consommations mondiales de ces métaux de base.

Le BRGM participe, aux côtés de la DGALN, aux réunions bisanuelles de ces groupes d'études (Cu, Ni, Pb et Zn) à Lisbonne. Il assure la préparation des données statistiques françaises.

Le BRGM est également un membre actif de l’International Consultative Group on Non-Ferrous Metal Statistics (ICG) et participe à la réunion annuelle de ce groupe historique, aux côtés du BMWFW (Autriche), BGR (Allemagne), BGS (Royaume-Uni), USGS (Etats-Unis) et du World Bureau of Metal Statistics (WBMS, Royaume-Uni). Les Groupes de Lisonne (Cu, Ni, Zn et Pb) interviennent également au cours des sessions dédiées à ces 4 métaux. L’objectif de ces réunions est de comparer et d’échanger les données statistiques de production des minerais et métaux collectées par les participants. Ces données sont largement diffusées au niveau mondial, publiées sous forme d’annuaires, de fichiers Excel ou hébergées dans des bases de données. Ces échanges annuels contribuent au contrôle de la qualité des données et assurent une continuité de la représentation française qui reste forte.

 

1 Les pays membres de l’INSG (International Nickel Study Group) sont l’Allemagne, le Brésil, Cuba, la Finlande, la France, la Grèce, l’Italie, le Japon, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, la Russie, le Royaume-Unis, la Suède et l’Union Européenne.

2 Les pays membres de l’ICSG (International Copper Study Group) sont l’Allemagne, la Belgique, le Chili, la Chine, la République démocratique du Congo, l’Espagne, les États-Unis, la Finlande, la France, la Grèce, l’Italie, l’Iran, le Japon, le Luxembourg, la Mongolie,  le Mexique, le Pérou, la Pologne, le Portugal, la Russie, la Serbie, la Suède, l’Union Européenne et la Zambie.

3 Les pays membres de l’ILZSG (International Lead and Zinc Study Group) sont l’Afrique du sud, l’Algérie, l’Allemagne, l’Australie, le Belgique, le Brésil, la Bulgarie, le Canada, la Chine, la Corée, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Inde, l’Iran, l’Irlande l’Italie, le Japon, le Maroc, le Mexique, la Namibie, la Norvège, les Pays-Bas, le Pérou, la Pologne, le Portugal, la Russie, le Royaume-Uni, la Serbie, la Suède, la Thaïlande et l’Union Européenne.

Evolution du cours de l'or entre 2002 et 2019

Suivi du cours des métaux

Les prix des métaux s'établissent selon les règles du marché, de l'offre et de la demande. Seuls quelques métaux sont cotés au jour le jour sur des marchés ouverts (métaux précieux, métaux de base et depuis peu le cobalt et le molybdène). Pour la plupart des autres métaux ainsi que pour les minerais et concentrés, les prix s'établissent directement par des contrats à plus ou moins long terme, de gré à gré entre producteurs et utilisateurs. Le suivi des évolution de leurs cours est un paramètre important dans la compréhension des dynamiques des marchés des matières premières minérales.

Les métaux cotés et les ventes de gré à gré

Un petit nombre de métaux est coté au jour le jour sur des marchés ouverts. C'est le cas des métaux précieux (or, argent, platine, palladium), des métaux de base (aluminium, cuivre, étain, nickel, plomb, zinc), et depuis peu du cobalt et du molybdène. Les prix de fin de séance ("fixing") sont publiés sur Internet par les sites des bourses, de nombreux sites financiers et les rubriques économico-financières de journaux spécialisés.

Pour la plupart des autres métaux, ainsi que pour les minerais et concentrés, les prix s'établissent directement par des contrats à plus ou moins long terme, de gré à gré entre un producteur (ou un vendeur intermédiaire) et un utilisateur (ou un acheteur intermédiaire). Ces prix contractuels ne sont généralement pas publics mais certains organismes font des enquêtes et rassemblent des informations puis publient régulièrement les fourchettes de prix contractuels constatés. Ces prix sont généralement accessibles par des abonnements payants.

Métaux précieux (or, argent, platine, palladium)

Sur les marchés internationaux, les métaux précieux sont généralement cotés en dollars américains (US$) par onces "Troy" (en référence à une unité de mesure utilisée jadis à la foire de Troyes, en France) : 1 oz (troy) = 31,10348 grammes.

L'or, depuis l'abandon de la parité dollar-or de 35 US$/oz en 1971, l'argent, le platine et le palladium font l'objet de cotations journalières sur plusieurs places financières et par divers opérateurs. Pour l'or et l'argent, la principale cotation de référence est celle du London Bullion Market Association qui établit des "fixings" deux fois par jour. Pour le platine et le palladium,  l'une des cotations de référence est celle du London Platinum and Palladium Market qui établit aussi deux "fixings" par jour.

Ces prix sont repris, publiés et facilement accessibles sur le site de Kitco, par exemple, avec un historique complet depuis 1996.

Les cotations de l'or et de l'argent en Euros/kg à Paris sont publiées sur plusieurs sites d'information boursière comme Les Echos qui publie aussi les cotations londoniennes.

Métaux de base (aluminium, cuivre, étain, nickel, plomb, zinc), cobalt et molybdène

Les métaux de base (aluminium, cuivre, étain, nickel, plomb, zinc), ainsi que le cobalt et le molybdène depuis 2010, sont cotés au London Metal Exchange (LME). Cette bourse des métaux de Londres est désormais contrôlée  par la bourse de Hong-Kong (HKEx). Les prix acheteur, vendeur et finaux, au comptant et à 3 mois sont publiés quotidiennement sur le site du LME et les prix historiques sont accessibles gratuitement uniquement pour le mois précédent. Les données plus anciennes sont disponibles en accès payant.

Le cuivre, l'aluminium et le zinc, le plomb, le nickel et l'étain (ainsi que l'or et l'argent) sont aussi cotés au Shanghai Futures Exchange (SHFE).

Divers périodiques spécialisés, généralement payants, publient ces prix ainsi que nombre de prix selon les lieux de disponibilité, les premiums, la situation douanière, le degré de pureté du métal. Ils publient aussi des prix de minerais et concentrés, et de scraps (métaux de récupération). Parmi ces périodiques, on peut citer :

Les prix du cuivre et du zinc en Euros/t à Paris sont publiés sur divers sites d'information boursière comme Les Echos qui publie aussi les cotations londoniennes.  L'étain est plus spécifiquement coté au Kuala Lumpur Tin Market (Malaisie).

Autres métaux (métaux mineurs, métaux d'alliages, terres rares)

Les autres métaux ne font pas l'objet de cotations ouvertes en bourse et sont échangés par contrats de gré à gré entre acheteurs et vendeurs, éventuellement par l'intermédiaire de négociants (traders). Plusieurs périodiques spécialisés publient des fourchettes de prix d'échanges selon leurs enquêtes. Ces prix indicatifs peuvent ensuite servir de base de référence pour l'établissement de nouveaux contrats. Ils sont aussi un indicateur des tendances des marchés. Parmi les principales sources d'information sur les prix, on peut encore citer :

Pour les minéraux industriels, on peut se reporter à Industrial Minerals, qui publie aussi les prix de certains métaux ou composés comme le lithium ainsi que celui de produits intermédiaires comme l'alumine.

Fer et acier

Un prix de base des billettes d'acier est publié quotidiennement par le LME. Les prix des aciers alliés et des aciers spéciaux sont très variables selon les proportions des divers métaux d'alliages. Les prix de l'inox sont établis à partir d'un prix de base de l'acier auquel est ajouté une surcharge pour les métaux d'alliage (principalement chrome et nickel). Les périodiques spécialisés cités ci-dessous publient aussi des prix de référence de certains minerais de fer avec des origines et des teneurs bien définies.

Des prix de divers aciers sur plusieurs places mondiales sont aussi publiés par Worldsteelprices.com.