Le secteur des ferrailles affaibli par les exportations chinoises d’acier

Les entreprises françaises du recyclage des métaux ferreux ont vu leur situation s’aggraver en 2015. Les prix de la ferraille, entrainés à la baisse en 2014 par la chute des cours du minerai de fer, se sont effondrés en 2015 en raison de la forte hausse des exportations chinoises de produits semi-finis et finis bradés.
4 décembre 2015
Répartition des volumes de ferrailles collectés en 2013 et 2014 selon leur provenance

Répartition des volumes de ferrailles collectés en 2013 et 2014 selon leur provenance

© Federec

Le secteur français de la ferraille en 2014

La fédération des entreprises du recyclage (Federec) a communiqué les chiffres du marché français de la ferraille en 2014 (Recyclage Récupération, octobre-novembre 2015).

L’offre en ferrailles en 2014

Malgré la diminution des prix de la ferraille en 2014, les volumes de déchets collectés ont augmenté de 3 % en 2014. Les entreprises de recyclage ont récupéré 12,9 Mt de déchets ferreux. La hausse des volumes est portée par la filière de démolition (BTP, démolition d’usines, de matériel ferroviaire, etc.). Par contre, les déchets issus du traitement des véhicules hors d’usage (VHU) ne contribuaient plus qu’à hauteur de 9 % à l’approvisionnement des entreprises de recyclage en 2014, contre 20 % en 2013. Cette évolution reflète la fin de la prime à la casse en janvier 2011 qui a contribué à une diminution importante des immatriculations de véhicules neufs légers en 2012 et 2013 (18 % moins d’immatriculations de véhicules légers particuliers et utilitaires entre 2011 et 2013 selon les chiffres de la CCFA). La prime de conversion pour le remplacement d’un véhicule diesel mis en circulation avant 2001 par un véhicule propre, en vigueur depuis le 1er avril 2015, devrait aider à raviver le secteur de la récupération des VHU.

La consommation de ferrailles

Les ferrailleurs français ont mis sur le marché 12,5 Mt de matières premières recyclées, soit 3 % de moins qu’en 2013 et environ la moitié de ces déchets ont été commercialisés en France (6,4 Mt). La production française d’acier de la filière électrique – le principal débouché des entreprises de recyclage de ferrailles - n’a pas progressé en 2014 (5,5 Mt). Les exportations qui se chiffraient à 6,2 Mt en 2014, soit une hausse de 1 % par rapport à 2013, se font essentiellement vers les pays de l’UE (5,7 Mt), l’Espagne étant le principal partenaire (29 % des exportations dans l’UE28). Le chiffre d’affaires du secteur des ferrailles a fléchi de 2 % en 2014 (3,125 G€, ventes uniquement).

La consommation française de ferrailles produites en France et importées a augmenté de 2 % en 2014 à 7,73 Mt selon les données du Bureau of International Recycling (BIR).

Prix des ferrailles, du minerai de fer et du charbon sidérurgique depuis janvier 2005

Prix des ferrailles, du minerai de fer et du charbon sidérurgique depuis janvier 2005

© BRGM, Fédération française de l'acier, FMI

Le contexte du marché des ferrailles en 2014 et 2015

La baisse des prix de la ferraille

La forte chute des cours du minerai de fer s’est en partie répercutée sur les prix de la ferraille en 2014. Le prix du minerai de fer importé dans l’Union Européenne (UE) a en effet chuté de 35 %, entrainant un recul mécanique des prix de la ferraille de 14 % en moyenne en 2014, avec une diminution comprise entre 13 et 16 % suivant les qualités (EC1, E3, E40, E5M et E8 dans la classification européenne). La chute des prix des ferrailles s’est accélérée en 2015, atteignant 39 % sur la période janvier-novembre 2015, et a largement dépassé celle du minerai en 2015. Le fer importé dans l’UE a en comparaison perdu environ 11 % de sa valeur, au cours des 9 premiers mois de l’année 2015. Les cours de la ferraille sont passés sous le seuil des 200 €/t en juillet-août 2015.

Le déclin des prix des matières premières a bien sûr entrainé une réduction des coûts de production de l’acier. Le prix de revient moyen de l’acier produit à partir de minerai de fer (filière oxygène/fonte) a chuté de 40 % de janvier 2013 à janvier 2015, et celui de l’acier issu du recyclage des ferrailles (filière électrique) de 20 %, selon les données d’une analyse du cabinet Laplace Conseil*. Il était alors devenu meilleur marché de produire de l’acier à partir de minerai de fer depuis avril 2014, la filière bénéficiant également de la chute des cours du coke. L’écart entre les deux filières se situait entre 40 et 50 €, en janvier 2015**. Cependant, l’écroulement des prix des ferrailles en début du second semestre 2015 a réajusté ces coûts.

*Recyclage Récupération, avril-mai 2015

**Historiquement, dans l’UE, les coûts de production de l’acier des deux filières évoluent de pair, avec généralement un avantage de prix pour la filière électrique. Dans la filière oxygène, la proportion de ferrailles de la charge du convertisseur peut être réduite au profit du minerai de fer.

 

La concurrence de l’acier chinois bon-marché

La consommation chinoise d’acier a fléchi de 5,7 % sur un an à 590 Mt au cours des 10 premiers mois de l’année 2015, selon les chiffres de la China Iron & Steel Association. Cependant, malgré cette contraction de la demande, les aciéristes chinois n’ont pas suffisamment réduit leur production (675,1 Mt sur la période janvier-octobre 2015, soit -2,2 % sur un an), souvent réalisée à perte, exacerbant ainsi la congestion du marché. En conséquence, ils écoulent leur excédent sur le marché extérieur à des prix sacrifiés: les exportations chinoises de produits semi-finis et finis ont ainsi bondi de 24,7 % à 92,1 Mt (douanes chinoises) sur la période janvier-octobre 2015 !

Avec l’arrivée de cet acier à prix très bas sur le marché, il est devenu parfois plus rentable d’acheter des billettes qui seront directement laminées plutôt que de les fabriquer à partir d’acier produit avec de la ferraille et de les transformer. Les aciéristes turcs ont profité de cette marchandise bradée comme en témoignent les chiffres du commerce extérieur et de production d’acier sur la période janvier - août 2015 (chiffres de l’Institut turc des statistiques – TUIK): les importations d’acier chinois ont plus que triplé (à 1,5 Mt, soit 221 % de plus qu’en 2014 sur la même période), celles de ferrailles ont chuté de 15 % (à 11 Mt), et la production turque d’acier de la filière électrique a diminué de 15 % (à 15,6 Mt).

La Turquie étant le 1er importateur mondial de ferrailles, le prix des ferrailles importées dans le pays est déterminant au niveau global, à l’instar de la Chine pour la fixation des prix du minerai de fer. La convergence des prix de l’acier et de la ferraille depuis l’été 2015 devrait éventuellement réduire l’avantage des billettes sur les ferrailles.

Maïté Le Gleuher, BRGM

Sources

Environnement & Technique, juillet 2014 (hors-série)

Metal Bulletin, Novembre 2015

Recyclage Récupération, octobre-novembre 2015 (supplément) et avril-mai 2015

Argus Media  :  https://www.argusmedia.com/

Fédération Française de l’Acier :  https://www.a3m-asso.fr/

Bureau of International Recycling : https://bir.org/

Comité des Constructeurs Français d’Automobile :    https://ccfa.fr/

Fédération des entreprises du recyclage :   https://federec.com/

Laplace Conseil :  http://laplaceconseil.com/fr/

Legifrance :  http://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2015/3/30/DEVR1506261D/jo/texte

LME : https://www.lme.com/

Reuters : https://www.reuters.com/article/us-column-russell-steel-china-idUSKCN0T71KV20151118

Steel Business Briefing (Platts) : https://www.steelbb.com/