La Chine poursuit la consolidation de son secteur des terres rares

La Chine, qui s’efforce d’améliorer la gestion de ses ressources naturelles depuis quelques années, a entrepris de restructurer son secteur des terres rares (TR). Le ministère de l’industrie et des technologies de l’information (MIIT) a approuvé en 2014 un programme de consolidation de ce secteur, avec la formation de 6 consortiums qui assureraient l’essentiel de la production et du traitement des TR.
19 mai 2015

La consolidation, qui devrait s’achever en 2015, consiste à regrouper dans une même entité les différents acteurs d’une région : mines, fonderies, usines de séparation, fabricants de produits contenant des terres rares (aimants, luminophores etc.) et instituts de recherche.

Six entreprises d’état ont été chargées de la restructuration (voir tableau ci-dessous) : Baotou Iron and Steel Group (le 1er producteur mondial de TR légères), ChinalcoGanzhou Rare Earth, Guangdong Rising Nonferrous Metals Group Co LtdChina Minmetals Corporation (1er producteur mondial de TR lourdes) et Xiamen Tungsten Co., Ltd. Selon MIIT, ces six groupes contrôlent actuellement environ 75 % des mines et presque 60 % des activités de traitement du pays.

A ce jour, seul le regroupement des activités TR de la Mongolie intérieure et du Gansu a été complété pour donner naissance au consortium China Northern Rare Earth Group, sous la houlette de Inner Mongolia Baotou Steel Rare-Earth (Group) Hi-Tech Co, la filiale de Baotou Iron and Steel Group.

Le groupe China Southern Rare Earth, établi en mars 2015, regroupera les sociétés Ganzhou Rare Earth Group, Jiangxi Copper Group et Jiangxi Rare Earth & Rare Metals Tungsten Group, dont les actifs incluent des gisements d’argiles ioniques riches en TR moyennes et lourdes de la province du Jiangxi, ainsi que le gisement de Maoniuping dans la province du Sichuan, le 2ème plus grand gisement chinois de TR légères. Les projets d’intégration des autres groupes ont été approuvés.

La restructuration, en renforçant le contrôle de l’Etat sur la filière, devrait limiter les capacités de production - dont les capacités obsolètes et polluantes -, enrayer la production illégale et la contrebande (Selon l’association chinoise de l’industrie des terres rares, 40 % des TR chinoises vendues sont produites de façon illégale).

Consolidation du secteur chinois des terres rares : les six consortiums

Consolidation du secteur chinois des terres rares : les six consortiums

© BRGM

Quotas chinois de production minière de terres rares pour 2015

Quotas chinois de production minière de terres rares pour 2015

© BRGM

Les quotas de production de terres rares en 2015

Le quota de production minière de TR pour 2015 a été fixé à 105 000 t, comme en 2014, selon les chiffres publiés par le ministère du territoire et des ressources naturelles, le 14 mai 2015 : 87 100 t de TR légères et 17 900 t de TR moyennes et lourdes (en d’équivalents oxydes de TR). Les six grands groupes contrôlés par l’Etat issus de la consolidation distribueront les quotas à leurs filiales et les gouvernements provinciaux seront chargés de l’allocation des quotas aux sociétés qui ne sont pas encore incorporées dans les groupes.

Maïté Le Gleuher, BRGM