Complexe alcalin à terres rares de Kringlerne, Groenland © BRGM - N. Charles

Matières premières minérales

Les matières premières minérales sont à la base du développement de l’humanité. En 200 ans, l’ère industrielle puis la croissance économique des pays émergents ont accéléré l’utilisation de ces ressources non renouvelables du sous-sol. Leur développement durable s’appuie sur l’équilibre entre l’extraction des réserves accessibles et la découverte de nouveaux gisements, le recyclage et l’économie circulaire.

Matières premières minérales, ressources non renouvelables

Train de bauxite en Guinée ©  BRGM - M. MarenthierUtilisées seules ou assemblées, en petite ou grande quantité, les matières premières minérales non-énergétiques sont omniprésentes dans notre quotidien : biens de consommation, habitat, transport, infrastructures. Il s’agit de substances métalliques et non-métalliques dont les filières industrielles s’étendent de l’exploration au recyclage, passant par l’exploitation, les formes variées de transformation. Ces activités alimentent des pans entiers de l’économie mondiale incluant les flux de matières brutes et concentrées, transformées et recyclées ainsi que les transactions financières.

En France, le secteur des ressources minérales représente un chiffre d’affaires de 78 milliards € (2007). Il concerne deux types, les ressources primaires et les ressources secondaires :

Matières premières primaires

Ce sont les ressources extraites du milieu naturel et parmi lesquelles on distingue :

  • les ressources métalliques incluant les métaux de base ferreux et non ferreux, les métaux d’alliage, métaux précieux, les métaux spéciaux, les métaux rares (certains métaux appartiennent à plusieurs de ces groupes) ;
  • les ressources non-métalliques qui sont principalement les matériaux de construction (sables, graviers, pierres ornementales) ainsi que les roches et minéraux industriels (silice, gypse, kaolin, argile, talc, sel, potasse, barytine, feldspath, etc.).

Essentiellement terrestres, certaines ressources sont extraites en domaine marin (granulats et sables coquillers en proche littoral) ou explorées à plus grandes profondeurs dans les océans.

Matières premières secondaires

Ce sont les matières premières rentrées dans un processus de recyclage après avoir fait l’objet d’un usage soit au stade de la production de biens soit postérieurement au stade de la consommation des produits. On parle également de MPR (Matières Premières de Recyclage).

Ressources, répartition, besoins

Contrairement aux autres ressources naturelles (forestières, agricoles, eau de surface), la répartition et l’abondance des ressources minérales sont hétérogènes et directement dépendantes de la constitution de la croûte terrestre. L’histoire géologique des territoires gouverne la présence de concentrations minérales. L’accès aux ressources dépend de plusieurs paramètres : géologiques, géographiques, climatiques, environnementaux, économiques, juridiques et politiques.

Avec les besoins des pays à fort développement démographique et économique, cumulés à ceux des pays industrialisés, la demande en matières premières a explosé ces dernières années. Cette hausse, qui suit en partie celle de la population mondiale, engendre des tensions conjoncturelles sur les approvisionnements. A titre d’exemple, entre 1986 et 2009, la Chine est passée premier producteur mondial de 5 à 28 substances aussi variées que l’antimoine, le graphite, les terres rares, le tungstène, le mercure, le talc, le germanium et le vanadium. Pour sa part, le Brésil est le leader mondial pour le niobium tandis que l’Afrique du Sud l’est pour le platine.

Réexamen et revalorisation du potentiel minier français : inventaire en cours

Répartition géographique des principaux sujets miniers français © BRGMEn 2012, le BRGM a entrepris, avec le soutien du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, la ré-exploitation des données de l’inventaire minier national (1975-1992). La méthodologie mise au point pour la métropole, hors substances énergétiques, a pour objectifs de caractériser et prioriser les principales cibles déjà caractérisées par l’inventaire, et d’en mettre en évidence de nouvelles à fort potentiel.

L’examen des données pertinentes de près de 160 sujets, pour lesquels le BRGM est détenteur d’informations, s’appuie sur leur réévaluation face aux nouveaux besoins français en ressources dans le contexte économique actuel. Cette nouvelle méthodologie apporte une vision renouvelée du potentiel minier français en dégageant une douzaine de cibles de priorité 1 et une cinquantaine classée en priorité 2.

Dernière mise à jour le 05.11.2014