Dumper transportant du minerai de manganèse sur le site de Moanda de la COMILOG – Groupe ERAMET © Antonin Borgeaud / Interlinks Image / ERAMET

L'exploitation minière

L’exploitation minière est l’une des phases du processus minier. Elle fait suite à l’exploration si l’existence d’un gisement économiquement exploitable est prouvée. On estime que seul un projet d’exploration sur cent passe en phase d’exploitation.

Deux étapes préalables : le projet et la construction

Deux étapes précèdent généralement la véritable exploitation du gisement. La première est l’exploration minière qui permet de mettre en évidence un gisement exploitable sur les plans technique, économique, environnemental et sociétal. Vient ensuite la construction du site minier qui consiste à préparer le site (accès, défrichement, gestion des eaux, etc.), construire les infrastructures nécessaires, recruter et former le personnel.

La planification minière

L’exploitation est planifiée par les ingénieurs des mines. Ceux-ci ont pour mission d’assurer l’exploitabilité technique des réserves (voir encadré) avec les moyens de production à disposition et de garantir la meilleure extraction possible du minerai, tant en quantité et qu’en qualité. Grâce à des logiciels 3D, ces ingénieurs vont représenter le site (fosses, verses, pistes d’accès, etc.), sur la base des informations collectées lors des étapes précédentes, et déterminer comment maximiser la valeur du gisement en optimisant sa séquence d’exploitation.

De l’extraction au traitement du minerai

L’exploitation d’un gisement peut prendre deux formes : celle d’une mine à ciel ouvert où le minerai est extrait directement depuis la surface ou bien celle d’une mine souterraine où l’extraction se fait à partir de puits et de galeries.

Les mines les plus communes aujourd’hui sont celles à ciel ouvert ; elles concernent les cas où le minerai est relativement proche de la surface. Pour atteindre le gisement, il faut toutefois retirer la végétation, la terre végétale et souvent la couche stérile qui le recouvrent à l’aide de gros engins de type chantiers (pelleteuses et camions). Le minerai extrait est ensuite transporté jusqu’à une usine de traitement qui permettra de séparer sa partie valorisable du reste : c’est la minéralurgie. C’est seulement à partir de ce concentré que l’on pourra ensuite obtenir des métaux et alliages à partir de procédés métallurgiques.

Une exploitation respectueuse de l'environnement

Exploiter des projets miniers dans le respect de la nature et des hommes est un impératif. Cela se traduit notamment par :

  • la maîtrise du stockage des stériles ;
  • la gestion des écoulements d’eau ;
  • l’utilisation durable des ressources ;
  • la protection de la biodiversité ;
  • la réhabilitation des sites, notamment par des techniques de revégétalisation.
Pelleteuse chargeant du minerai de nickel dans deux dumpers sur le site de Tiébaghi (Nouvelle-Calédonie) de la SLN – Groupe ERAMET © David Becker / ERAMET

Des ressources aux réserves

Les réserves se distinguent des ressources minérales par le fait qu’elles ont été identifiées et sont considérées comme économiquement exploitables. L’estimation des réserves se fait sur la base de critères économiques (cours des métaux, taux de change, etc.), de contraintes commerciales et environnementales mais aussi des techniques d’exploitation et de traitement.

La mise en verse des stériles

La mise en verse des stériles permet de maîtriser le stockage des solides grâce à un ouvrage stable, quelles que soient les conditions météorologiques. Développée il y a près de 40 ans par la SLN, cette technique est désormais utilisée par de nombreuses sociétés minières.

En savoir plus sur cette technique

Dernière mise à jour le 08.06.2015