Consommation et usages

Une consommation toujours en croissance

Les Nation Unies anticipent une poursuite de l'augmentation de la démographie mondiale, avec une projection à 9,7 milliards d’habitants en 2050 et 11 milliards en 2100. Cette augmentation ainsi que l’amélioration du niveau de vie auront pour conséquence directe une augmentation des besoins et donc une demande accrue en ressources minérales. Réduire l'intensité de la consommation des matières premières est donc une priorité pour les politiques publiques en partenariat avec les industriels.

Évolution de la production primaire mondiale des métaux, base 100 pour la moyenne de production de 1956 - 1965 (métaux dont la production annuelle est supérieure à 100t en 2015, sauf Ti métal, Ga et Ta, sans données pour la période 1956-1965) et évolution de la démographie (base 100 en 1960) – BRGM à partir des sources combinées AS3M, USGS, WMD et GFMS.

Évolution de la production primaire mondiale des métaux, base 100 pour la moyenne de production de 1956 - 1965 (métaux dont la production annuelle est supérieure à 100t en 2015, sauf Ti métal, Ga et Ta, sans données pour la période 1956-1965) et évolution de la démographie (base 100 en 1960) – BRGM à partir des sources combinées AS3M, USGS, WMD et GFMS.

Une démultiplication des usages

Les secteurs du bâtiment, du transport, ou de la production d’énergie sont les plus gros consommateurs de ressources minérales. L’utilisation des ressources minérales est aussi générale dans la fabrication des biens de consommation et les produits issus des technologies de l’information et de la communication (téléphone portable, écran plat…) utilisent un éventail de plus en plus large de métaux. A titre d'exemple, en 2012, la production mondiale de téléphones portables a ainsi requis 13% de la production mondiale de palladium.

Décomposition en matériaux contenus d’un téléphone portable (proportionnelle au poids), (OCDE, 2011)

Décomposition en matériaux contenus d’un téléphone portable (proportionnelle au poids), (OCDE, 2011)

Ces dernières années, les métaux ont continué à faire l’objet d’intenses recherches et développements qui ont conduit à la découverte de nouvelles propriétés physico-chimiques liées à des compositions plus complexes associant toujours plus de substances minérales. Ces avancées ont notamment permis d’augmenter des rendements dans le cas du secteur des énergies renouvelables et d’alléger des structures dans l’automobile ou l’aéronautique.

Augmentation de la complexité des assemblages métalliques dans les produits génériques (Achzet and Reller, 2011 ; adapté par Reuter) – UNEP, 2013

Augmentation de la complexité des assemblages métalliques dans les produits génériques (Achzet and Reller, 2011 ; adapté par Reuter) – UNEP, 2013

Cette recherche très active provoque une évolution rapide de certains secteurs industriels, et par conséquent une visibilité incertaine sur les fluctuations des besoins en ressources associés. Le foisonnement des technologies des cellules solaires en cours de développement en est un bon exemple, mettant en concurrence différentes substances minérales. Le site du laboratoire américain aux énergies renouvelables suit l’évolution des performances de chacune des technologies. L’avènement de l’une d’entre elles pourrait impacter la demande en minéraux concernés même si la technologie des panneaux au silicium reste aujourd’hui largement dominante.

Dernière mise à jour le 22.12.2016