Talc - alimentation sécheur  Imerys usine de Luzenac (08)

Comité stratégique de filière

Les industries extractives et de première transformation constituent une des filières du conseil national de l'industrie. Son comité stratégique, installé le 24 mai 2013, a rédigé le contrat de filière qui a été présenté le 19 juin 2014. Ce contrat constitue la feuille de route commune de ces industries et de l’État pour sécuriser les approvisionnements en matières premières minérales, conforter la compétitivité de la filière et de l’industrie aval et dynamiser la production industrielle.

Le conseil national de l'industrie se réunit sous la présidence du Premier Ministre les industriels et les organisations syndicales autour des services de l’Etat. Ses travaux  déterminent les actions spécifiques concrètes qui renforcent chaque industrie dans la compétition mondiale.  

Le Comité Stratégique de Filière Industries extractives et première transformation (CSF IEPT) regroupe les acteurs des industries minières, de carrières, de la production et de la transformation des métaux, des céramiques, du ciment, du béton et du verre. Ces acteurs produisent et transforment les matières et les produits intermédiaires incontournables pour répondre aux enjeux sociétaux et aux filières d’avenir, de la construction durable à l’exploration spatiale, en passant par les transports propres, les énergies renouvelables et la transition vers l’économie circulaire. 

Cimenterie de Couvrot (51)

L’industrie représentée au sein de ce comité est porteuse d’innovation et de développement de l’appareil productif en France, de déploiement à l’international, associant maintien et création d’emplois et enrichissement de savoir-faire. Cependant, ces acteurs confrontés à une concurrence mondiale renforcée par le développement des pays émergents évoluent dans  un contexte économique et conjoncturel qui peut être hétérogène. Si certaines activités bénéficient d'une dynamique positive et de véritables opportunités de croissance, d'autres rencontrent de réelles difficultés et barrières à leur développement économique.

Il est donc d'autant plus important pour les entreprises de la filière de mutualiser leurs efforts dans un but de réelle coopération et concertation afin de relever les nombreux défis qui se présentent à elles pour assurer leur pérennité et leur développement. 

Dans ce contexte, pouvoirs publics, industriels, partenaires sociaux et acteurs de la recherche et de l’innovation ont élaboré un contrat de filière, structuré autour de cinq axes majeurs :

  • Renforcer et sécuriser l’approvisionnement en matières premières primaires de l’ensemble de la chaîne de valeur industrielle : ce volet du contrat constitue la réponse française aux enjeux des matières premières, en dotant la France et ses entreprises d’une stratégie et d’outils leur permettant de sécuriser leurs approvisionnements et de réduire la dépendance vis-à-vis de l’étranger.
  • Poursuivre le développement d’une industrie plus efficiente dans l’utilisation des ressources dans la perspective d’une économie circulaire : pour ce faire, l’industrie extractive et de première transformation doit renforcer et valoriser les démarches liées à l’économie circulaire, promouvoir l’écoconception, favoriser le développement de produits et de procédés éco-performants, mieux valoriser ses déchets ou encore poursuivre la réduction de l’empreinte écologique de sa consommation énergétique.
  • Stimuler l’investissement et l’innovation : une des caractéristiques de la filière est la longueur des cycles d’investissement or, le secteur devrait être amené à faire face à d’importantes mutations techniques dans les procédés et les produits. Le contrat propose de favoriser le soutien public à la R,I & D afin d’atténuer la prise de risque d’autant plus forte pour la réalisation de démonstrateurs, soutenir la modernisation et l’optimisation de l’outil industriel, améliorer la capacité à mutualiser les investissements, ou encore resserrer les liens entre producteurs et utilisateurs.
  • Assurer un écosystème favorable au développement de la filière : les acteurs de la filière pour pouvoir répondre aux attentes de leurs clients, ont besoin d’un écosystème favorable à leur développement : synergies renforcées, environnement réglementaire national, européen et international stable, une politique énergétique équilibrée, transports compétitifs et fiables, assurer une concurrence équitable et renouvellement des compétences.
  • Améliorer l’image de la filière et renforcer son attractivité : souvent encore associées à une vision dépassée de l’industrie, les activités extractives et de première transformation restent trop méconnues du grand public auprès duquel des efforts doivent être entrepris pour mieux lui faire connaître les apports sociaux et économiques de ces activités fortement ancrées dans les territoires.

Les membres du CSF IEPT ont, depuis la présentation du contrat, poursuivi activement la concrétisation de ces cinq axes de travail, auquel s’est rajouté un volet dédié à la sidérurgie, suite à la séance plénière organisée en avril 2016 en présence du ministre de l’Industrie et qui avait mis en exergue la nécessité d’adresser tout particulièrement les enjeux liés à ce secteur..

En 2017, le déploiement des actions va se poursuivre autour de ces axes et une réflexion sera engagée pour décliner, pour la filière IEPT, des actions concrètes en lien avec l’Industrie du Futur.

A travers ces actions, les pouvoirs publics et la filière souhaitent atteindre un but commun : bâtir un avenir pour les industries extractives et de première transformation qui jouent un rôle déterminant dans la chaîne de valeur industrielle.

 

Consulter le rapport annuel 2016 du Conseil National de l'Industrie

 

Dernière mise à jour le 25.07.2017