La Banque Mondiale s'intéresse au rôle croissant des métaux pour un futur bas carbone

Publié le 20/07/2017
Dernière modification le 23/07/2017

Dans la continuité des travaux publiés par le Groupe International des Experts sur les Ressources (GIER),  la Commission Européenne ainsi que des travaux de l'ANCRE etc ... , la Banque Mondiale met en exergue l'augmentation des besoins en métaux liés au développement des technologies bas carbone. Ce rapport se focalise sur les technologies de l'éolien, du solaire et du stockage d'énergie, dont l'intensité matérielle est plus élevée que celle des unités de production à partir d'énergie fossile. L'impact sur la consommation de matières sera dépendant de l'ampleur du déploiement des infrastructures (éoliennes, panneaux solaires, batteries de stockage) mais également du choix des technologies. La Banque Mondiale s'intéresse également aux pays riches en ressources minérales pour étudier les conditions qui leur seraient favorables.

L'Amérique Latine, mais aussi l'Afrique sont des continents particulièrement concernés.
 

Dernière mise à jour le 23.07.2017