Carrière d'andalousite de Glomel (22, France) - Vue du front de taille de la fosse n°3  © DGALN V. Franchi

Panorama de l'industrie extractive nationale

Pour des raisons liées à la géologie de la France et à l'histoire économique, la situation du secteur des matières premières non énergétiques est contrastée, selon que l’on s’intéresse aux matériaux de construction, aux minéraux industriels ou aux minerais et substances métalliques.

Les ressources géologiques en substances de carrières sont très importantes et de qualité. Une part très majoritaire est exploitée pour la production de granulats mais aussi pour la fabrication de matériaux de construction destinés aux secteurs du Bâtiment et des Travaux Publics (ciment, béton, plâtre, chaux, verre, roches ornementales…).

En dehors du sel extrait de gisements souterrains en métropole (une vingtaine de concessions en activité dont dépendent une dizaine d'usines de transformation)  et malgré un passé minier très actif au siècle dernier, la France se trouve maintenant pratiquement démunie d'exploitations minières. Pour les métaux non ferreux, à l'exception du nickel en Nouvelle-Calédonie, qui malgré son statut fait partie de ses atouts miniers, la France dépend aujourd'hui totalement des importations. La Guyane est le seul département d'outre-mer à connaître une activité minière significative.

Dernière mise à jour le 02.05.2015