Vue du front de la carrière de sables extra siliceux de Saint-Eloi (91, France) © DGALN - V. Franchi

Panorama des carrières

Le potentiel géologique et le savoir-faire de l’industrie extractive des minéraux constituent pour la France une source de richesse la rendant peu dépendante pour faire face à ses besoins dans le domaine de la construction et pour de nombreux usages industriels. On recense un peu plus de 4 700 exploitations en activités en France pour une production annuelle de l’ordre de 400 millions de tonnes.

Les matériaux de construction

Les carrières de granulats sont assez bien réparties sur l’ensemble du territoire national,  la distance moyenne de transport vers le lieu d'utilisation est d’environ 30 km. On dénombre 2700 sites d’extraction exploitant des roches dures qui sont alors concassées ou des granulats alluvionnaires directement prélevés et triés pour être utilisés dans les bétons. La protection des milieux humides, et des cours d’eau a eu pour effet de diminuer le nombre de carrières alluvionnaires au profit de carrières en roches massives obligeant également les professionnels avoir une gestion raisonnée de ces ressources.

Le calcaire cimentier et le gypse sont deux ressources indispensables pour la construction, quelques dizaines  de carrières alimentent les cimenteries et usines de fabrications de produits en plâtres (plaques, carreaux,..).

Les roches ornementales

Les carrières de roches ornementales et de construction sont plus éparses que les carrières de granulats et représentent environ 500 sites d’exploitation en France. Les carrières de pierres calcaires (qui va du tuffeau, une roche friable au marbre beaucoup plus dense) extraient le plus grand volume (environ 300 000 m3) principalement dans six régions : la Bourgogne, la Franche-Comté, le Languedoc-Roussillon, la Provence, le Poitou-Charentes et la Picardie. Les carrières de granites se trouvent localisées essentiellement dans deux régions : la Bretagne et Midi-Pyrénées et extraient un peu plus de 100 000 m3. Avec une production d’un peu plus de 15 000 m3, les 18 carrières de grès des Vosges se localisent notamment dans le Bas-Rhin.

Les minéraux industriels

Les carrières de minéraux industriels sont beaucoup plus dépendantes encore de spécificités géologiques parfois très localisées. Ainsi la France possède une seule carrière de talc sur un gisement de classe internationale, et la seule carrière d’andalousite d’Europe qui lui permet d’être respectivement le 8° producteur mondial de Talc et le 3°producteur mondial d'andalousite. L’extraction de galets de silex dans la Somme (1 carrière) est une exception géologique. La production de micas (3 carrières en France dans le Finistère, le Morbihan et la Saône-et-Loire) ou de feldspaths (5 carrières en France dans la Saône-et-Loire, la Haute-Loire, la Creuse, l’Aude, les Pyrénées-Orientales) constituent des ressources dont l’intérêt national est à souligner. Également d’importance nationale, bien qu’un peu plus nombreuses, les carrières d’argile fines (8 en France, en Seine-et-Marne, dans le Cher, la Nièvre, l’Allier, l’Indre, les Charentes et l’Aquitaine) exploitent un minéral beaucoup plus rare que le kaolin qui est exploité aussi dans le Finistère et en Seine-et-Marne. Sans pouvoir être exhaustif du fait du grand nombre des minéraux utilisés dans notre quotidien, l’industrie française des minéraux industriels compte également 28 carrières d’extraction de silice dont principalement des carrières des sables extra-siliceux qui sont localisées dans la Drôme, le Gard, le Vaucluse, dans la région Aquitaine, le sud de l’Île-de-France et la Picardie.

Cas particulier des zones spéciales de carrières

Les zones spéciales de carrières sont des zones où peuvent être accordées des autorisations de recherche et/ou des permis exclusifs de carrière qui donnent à leur titulaire la possibilité de pouvoir rechercher et/ou exploiter une ou des substance(s) de carrières à défaut du consentement du propriétaire du sol. Ce droit ne dispense pas pour autant le bénéficiaire de devoir respecter la législation et la réglementation en matière environnementale. Ainsi l’exploitation pourra commencer que si le carrier dispose également d’une autorisation au titre de la législation des installations classées.

Ces zones sont instaurées par décret en Conseil d’État en application de l’article L.321-1 du code minier et du décret n°97-181 du 28 février 1997.

Dernière mise à jour le 08.06.2018